bd collection

Où trouver des bandes dessinées de collection ?

La forme d’expression artistique que constitue la bande dessinée est apparue dès le 19e siècle. Depuis lors, certains auteurs ont retenu l’attention du grand public grâce à leurs intéressantes histoires avec suite. Pour vous qui êtes à la recherche de tels ouvrages, voici où les dénicher !

Chez vous, en librairie et dans les enchères

Pour leur donner le goût de la lecture, les parents de l’ancienne génération avaient l’habitude d’acheter des bouquins à leurs jeunes enfants. Vous avez alors certainement lu ces ouvrages à votre jeune âge, puis vous les avez rangés quelque part sans plus jamais aller les chercher.

Pour mieux expliciter, des livres aussi rares que les bandes dessinées de collection peuvent être dénichés chez des particuliers ou chez d’anciens libraires. N’hésitez pas non plus à vous rendre dans une salle de vente aux enchères.

Avec l’avènement d’Internet, vous pouvez également voir le site web suivant et vous renseigner à cet effet. Rassurez-vous, certaines plateformes sont spécialisées en la matière. Elles vous cèderont des ouvrages de grande valeur si vous êtes prêts à en payer le prix.

Comprenons mieux le terme

Un ouvrage de bande dessinée doit remplir certaines conditions pour être perçu comme une bande dessinée de collection. En plus de raconter un fait qui dure dans le temps, ces critères sont l’âge, la rareté et l’état de conservation.

L’âge de la bande dessinée

L’âge de la bande dessinée correspond à sa date d’édition, mais pas toujours. Il est ainsi recommandé de se baser sur la mention Dépôt Légal. Celle-ci comprend le dépôt légal en lui-même, l’année, le mois ou le trimestre d’édition.

La rareté de la bande dessinée

Un bouquin de bande dessinée que tous ont déjà lu ne peut pas être considéré comme une collection. Autrement dit, la bande dessinée de collection est celle que tout le monde recherche et qui se retrouve peut-être à ces endroits auxquels on ne pense pas.

bd ancienne

L’état de conservation de la bande dessinée

Une bande dessinée de collection doit être dans un très bon état. Néanmoins, un état passable, correct ou bon peut aussi être considéré. Dans le dernier cas par exemple, elle ne doit pas comporter de déchirures, d’écritures et de scotch.

Le Guide du mauvais père, Guy Delisle

La parentalité est si compliquée de nos jours, et il ne semble jamais y avoir de bonne façon d’être parent. Mais s’il y a quelque chose à apprendre du Guide du mauvais père , le dernier livre de la série, c’est qu’il y a clairement de mauvaises façons d’être parent.

Dès le début, avec la couverture elle-même, vous voyez Guy se relâcher pendant que ses enfants font tout le gros du travail. Il n’y a pas une seule page dans le livre qui ne soit remplie d’une blague !

Guy a tendance à se présenter parfois comme égocentrique ou égoïste, et de nombreuses histoires montrent que ses enfants profitent de ces aspects de sa personnalité ou qu’il les ignore pour les autres adultes. Et à travers tout cela, même si vous avez peur que Guy soit si conscient de lui-même et ignorant à la fois de sa «mauvaise» parentalité, vous ne pouvez pas vous empêcher de rire et de vous sentir mal pour lui.

Pourtant, tout cela semble attachant parce qu’on peut s’identifier à son personnage. Vous vous retrouverez constamment en empathie avec ses enfants, tout en imaginant vos parents dans la position de Guy. Parce qu’au cœur de toute sa « mauvaise parentalité » se trouve un sentiment que nous tenons pour acquis à propos de nos parents : ils nous aimeront toujours et voudront le meilleur pour nous. Cela est très clair dans la fin émotionnelle et douce-amère de la série, où Guy se retrouve à sortir de son rôle de père.

Peut-être le plus drôle de la série, je vous recommande fortement d’en prendre un exemplaire ! Guide du mauvais père est maintenant en magasin, alors partagez-le avec vos parents pour les faire sourire, ou partagez-le avec vos amis qui viennent d’avoir un enfant pour les inspirer.

Un bon plan pour votre journal Famileo

En parlant de littérature et de bande dessinée sur ce blog, on ne peut pas oublier un journal assez particulier, à savoir le journal Famileo édité par la startup de Saint Malo. Ce n’est pas exactement de la littérature, mais c’est une lecture qui illumine les journées des grands parents.

On aime beaucoup le concept de pouvoir partager en famille des images et des mots attentionnés, et d’avoir une belle impression reliée livrée chez nos anciens. Continue reading →

L’amant, par Marguerite Duras

Marguerite Duras est l’une des meilleures et des plus célèbres écrivaines françaises. On retrouve dans ce libre le thème des relations mère-fille, qui est un axe important de ses oeuvres.

L’amant est l’œuvre la plus célèbre de Duras et elle est possiblement autobiographique. Le livre se déroule dans le Vietnam colonial français et est raconté du point de vue d’une jeune fille anonyme de 15 ans qui s’implique avec un homme d’affaires chinois beaucoup plus âgé. En tant que tel, il a souvent été comparé à la Lolita de Nabokov et même décrit comme l’Anti-Lolita. Continue reading →

L’étranger, d’Albert Camus

Partie intégrante du programme de français dans les écoles, L’étranger est l’un des meilleurs romans français modernes et l’un des livres français les plus célèbres en dehors des frontières.

La nouvelle de Camus est un conte philosophique sur un homme dont la vie très ordinaire est bouleversée par la mort de sa mère. Il n’est pas particulièrement affecté par sa mort, il ne pleure même pas, mais la société le juge pour cette absence de réaction et cela décide plus tard de son sort. C’est le meilleur exemple de Camus de la philosophie de l’absurde. Selon les propres mots de Camus, le héros du livre est condamné parce qu’il ne joue pas au jeu. Continue reading →

Universal War, par Denis Bajram

De nos jours, la bande dessinée francophone n’est pas forcément très connue dans le domaine de la science-fiction. OK, nous avons eu Moebius et Enki Bilal, mais le premier est mort et le second passe plus de temps à peindre et à vendre ses tableaux qu’à dessiner des bandes dessinées. Désormais, les artistes francophones sont probablement plus connus pour leurs histoires intimistes. Continue reading →

Il était une fois en France

L’histoire vraie de Joseph Joanovici, un réfugié juif roumain illettré devenu millionnaire qui a collaboré avec les nazis, reçoit un traitement cinématographique exaltant dans ce roman graphique de Nury (La mort de Staline). Poursuivant sa concentration sur les recoins inhabituels de l’histoire, Nury enroule tout, de la résistance française à l’antisémitisme post-Dreyfuss et à l’éthique du profit de la guerre dans ce récit occupé et librement romancé. Continue reading →